Le sport favorise l'égalité des sexes

En encourageant les filles à participer à des activités sportives, on crée des espaces sûrs où elles peuvent parler des problèmes qui les concernent.

Je m'appelle Sabina et je suis une fille très active qui aime le sport. Je pense que le sport permet d'engager la conversation pour mettre fin aux inégalités entre les sexes et à la violence sexiste (VBG). Je pense que chaque fille devrait bénéficier des mêmes opportunités que les garçons, notamment dans le domaine du sport.

Lorsque j'étais en CM1, j'ai été victime d'intimidation simplement parce que j'étais une fille qui aime le football et l'athlétisme. J'étais une fille svelte, certes, mais je n'ai jamais aimé la façon dont les garçons que je considérais comme mes amis sapaient mon potentiel en tant que fille. Ils ne voulaient même pas jouer avec moi à certains sports parce qu'ils disaient : « Les sports sont faits pour les garçons. Tu devrais aller aider à la cuisine ». Cela m'a découragée, mais je n'ai pas abandonné.

Heureusement, avant que je passe en 5ième, un nouveau professeur est arrivé dans notre école et il adorait le sport. Curieusement, il a demandé si quelqu'un voulait intégrer un club de sport et j'ai levé la main puisque c'était gratuit pour tous. Il n'a pas choisi les garçons, il a juste dit qu'il voulait que les filles participent aussi.

Actuellement, je fais partie des meilleurs marathoniens de mon école. Je suis heureuse d'avoir eu une seconde chance, même si c'était un pari risqué. Je suis ravie que de nombreuses filles m'aient rejointe et participent aujourd'hui à différents sports et changent les conversations dans la société dans laquelle je vis.

Malheureusement, ce que j'apprends de l’histoire, c'est que la violence à l’encontre des femmes, l'exploitation et le harcèlement dans le sport sont des manifestations de la perception de la domination, de la force physique et du pouvoir des hommes, qui sont traditionnellement représentés dans le sport masculin. Un récit auquel nous devons travailler sans relâche afin d’y mettre fin.

Les résultats progressifs du sport en matière d'égalité des sexes et d'autonomisation des femmes sont toujours entravés par la discrimination fondée sur le sexe dans tous les domaines et à tous les niveaux du sport et de l'activité physique, alimentée par des stéréotypes persistants sur les capacités physiques et les rôles sociaux des femmes.

Grâce à des instruments tels que la Charte internationale de l'éducation physique et du sport, adoptée en 1978 par l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), et la Convention relative aux droits de l'enfant, adoptée en 1989, le sport et l'éducation physique sont considérés comme un droit de l’homme. https://unesdoc.unesco.org/ark:/48223/pf0000216489.

Aujourd'hui, j'apprécie les campagnes inclusives qui sont menées pour aider à combattre la violence sexiste dans la société ainsi que l'inégalité entre les sexes. Des initiatives ont été lancées pour mettre fin à l'inégalité entre les sexes, ce qui a permis aux filles d'Afrique de réaliser leur plein potentiel dans la société et de sortir de leur coquille en participant à des championnats mondiaux.

« Play Soccer », une ONG qui propose des programmes de football pour les filles et les garçons en Zambie, a reconnu que le manque de vêtements empêchait certains enfants de participer. Le programme a fourni des shorts que les enfants, en particulier les filles, pouvaient porter pendant les matchs, permettant ainsi aux filles de passer de spectatrices à participantes actives ». Source : Meier, Marianne (2005). Équité entre les sexes, sport et développement. Genève, Suisse : Académie suisse pour le Développement.

Le sport a brisé les chaînes culturelles de l'inégalité entre les sexes et a donné aux filles une perspective et un désir différents de participer à cette activité qui change la vie, qui non seulement développe une bonne santé physique mais aussi améliore l'état mental de la fille et ouvre la voie à de nombreuses autres possibilités, non seulement en Afrique mais dans le monde entier pour les filles.

https://www.popcouncil.org/uploads/pdfs/TABriefs/01_GirlsSports.pdf

« Une ONG kenyane, « Moving the GoalPosts Kilifi », utilise les entraînements et les matchs de football comme point d'entrée pour l'éducation par les pairs en matière de santé reproductive. L'organisation organise des groupes de discussion avec les filles après les entraînements, animés par des pairs éducateurs formés, sur des sujets tels que la santé reproductive, le VIH/sida, l'affirmation de soi et la prise de décision ».

Programme « Moving the GoalPosts Kilifi » (MTGK)

La participation à des activités sportives permet aux femmes et aux filles de jouir de la liberté d'expression et de mouvement et accroît leur estime de soi et leur confiance en soi. Elle offre des espaces sûrs et permet la création de programmes qui sont utilisés dans le sport pour promouvoir la paix, la tolérance et la compréhension.

« Tackle Africa », qui a été présélectionné pour le prix du sport pour la santé et le bien-être en 2017, travaille avec 30 écoles en Tanzanie, et utilise un programme d'études particulier qui intègre des programmes sur le mariage des enfants et les MGF. Ils aident les femmes et les filles à accéder à des choix plus sains et plus sûrs dans leur vie en regroupant l'ensemble des communautés.

J'espère qu'à mesure que nous, les filles, gagnons en confiance pour être les meilleures, nous réalisons l'importance de l'inclusion et de l'implication des filles dans le sport, car c'est un bon investissement pour mettre fin aux inégalités entre les sexes et à la violence sexiste. La participation des femmes et des filles dans le sport peut également remettre en question les stéréotypes de genre et briser les attitudes et les comportements discriminatoires ancrés.

« Le sport a le pouvoir de changer le monde, le pouvoir d'inspirer, le pouvoir d'unir les individus comme peu d'autres activités peuvent le faire. Il parle aux jeunes dans une langue qu'ils comprennent. Le sport peut faire naître l'espoir là où ne régnait que le désespoir ». Nelson Mandela

Sources : https://www.unwomen.org/en/news/stories/2019/4/op-ed-ed-phumzile-empowering-women-through-sport

Crédit photos : www.dreamstime.com

ACPF Logo White 261 193 Enlarged 01

ACPF Contact

Eskedar Beyene
Manager, Operations
beyene@africanchildforum.org
Tel : + 251 11 662 8192/ 97/98